TYPwotS

Million Dollar Arm

Posted by & filed under Films.

Jon Hamm, Madhur Mittal Suraj Sharma et Pitobash dans Million Dollar Arm

Jon Hamm, Madhur Mittal Suraj Sharma et Pitobash dans Million Dollar Arm

Basé sur une histoire vraie, Million Dollar Arm suit la carrière professionnelle de l’agent sportif J.B. Bernstein (Jon Hamm) et de son partenaire Ash Vasudevan (Aasif Mandvi) qui connaissent des temps difficiles – après avoir quitté leurs boulots d’entreprises à gros salaire. Dans une tentative désespérée de commencer leur entreprise arriviste, et afin de maintenir leur style de vie luxurieux, J.B. fonde un concours de télé réalité en Inde appelé Million Dollar Arm – qui cherche à découvrir des talents qui pourront être développés dans la scène professionnelle du baseball américain.
J.B. ramène les gagnants du concours Rinku Singh (Suraj Sharma) et Dinesh Patel (Madhur Mitta) en Amérique pour les entraîner – sous la tutelle du coach peu orthodoxe, expert en lancers Tom House (Bill Paxton). Malgré leur travail dur et leurs bonnes intentions, Singh et Patel, accompagné de leur traducteur/coach aspirant en baseball Amit Rohan (Pitobash), ont du mal à s’adapter aux Etats-Unis – surtout quand J.B. entre en contact avec un gros joueur de la NFL et est prêt à le signer. Abandonné par la personne qui les as sorti de leurs petit village Indien, Singh et Patel commencent à se sentir piégés – ils forcent donc J.B. à choisir entre perdre des investisseurs impatients ou de fournir à des joueurs aspirants l’attention dont ils ont besoin pour réussir.

Quelques apparences d’acteurs comme Alan Arkin et Bill Paxton, parmi d’autres, complètent un casting déjà très solide. Les spectateurs reconnaîtront les performances de ces seconds rôles avec leurs côtés comique ou plus sérieux. Dans l’ensemble, le réalisateur a assemblé une équipe d’acteurs qui est plutôt homogènes et a l’air de s’entendre naturellement dans leurs façon de jouer les scènes. Ils ne faut bien sûr pas oublier les performances de Jon Hamm ainsi que de ses collègues.
Million Dollar Arm met en scène un casting solide, un scénariste qui a déjà prouvé sa valeur, et un réalisateur de qualité – qui au final nous apporte un drame sportif solide mais pas vraiment remarquable. Les spectateurs seront plus touchés par certains personnages et certaines scènes plus que d’autres et le film ne manque jamais de réussir à accomplir ses ambitions. C’est un voyage qui réchauffe le cœur et qui sensibilise les spectateurs une histoire que beaucoup de gens n’ont pas suivis à l’époque. Avec ceci dit, pour un film qui glorifie la prise de risque et une façon de penser différente, Million Dollar Arm, côté narration, la joue plutôt prudente.

Metallica Through the Never

Posted by & filed under Films.

Metallica Through the Never combine des séquences vidéo en 3D du groupe de métal iconique des années 1980 Metallica performant live en concert avec une histoire fictive qui tourne autour d’un jeune roadie nommé Trip (interprété par Dane DeHaan). Alors que les membres de Metallica commencent à (au sens figuré? littéral?) casser la baraque en jouant devant des légions de fans rugissant dans des arènes dont les billets sont tout le temps épuisés instantanément, Trip est envoyé dans une mission pour retrouver l’un des camions du groupe (qui est en panne) et retrouver le précieux et mystérieux cargo qu’il transportait.
Sur son chemin, Trip commence à devenir passionné de la musique de Metallica qui semble avoir pris le contrôle de la ville qu’il l’entoure et de ses citoyens, résultant en un chaos et de la folie partout – plongeant Trip dans un voyage tordu et irréel qu’il ne va jamais oublier.
Dans Metallica Through the Never, le réalisateur Nimród Antal et son photographe Gyula (collaborateurs sur Kontroll et Predators) capturent l’ambiance électrique et l’esprit casse-cou des lives de Metallica à travers l’utilisation et la manipultaion de caméras 3D sophistiquées, donnant vie à l’un des plus (si ce n’est le plus) film immersif de concerts jamais produit. Les fans du groupe éponyme devraient apprécier la chance d’avoir l’expérience de voir un concert, sans les problèmes qui peuvent se produire quand vous allez à un concert (acoustiques pas égales, atmosphère claustrophobe, etc.)… en sous-entendant que vous n’aimez pas ces aspects de l’expérience, bien entendu.
Pour tout les autres? Metallica Through the Never n’est pas vraiment accessibles à ceux qui ne connaissent pas vraiment l’univers, donc c’est mieux de vous habituer à leur musique et leurs thèmes artistiques récurrents avant de vous attaquer au film; si vous savez déjà que vous n’êtes pas fan, vous ne devriez probablement pas vous faire du mal à regarder ce film.
Globalement, Metallic Through the Never succède dans une expérience cinématographique de concert captivante et viscérale, même s’il n’arrive pas à utiliser le modèle de film medium pour améliorer l’expérience de regarder (et d’écouter) Metallica à un niveau plus profond d’appréciation artistique. Avec tout ça: si vous aimez le groupe – et ne pouvez pas les voir en concert live (ou que vous n’êtes pas fan de l’expérience live) – alors vous devrez sans doute apprécier ce film et vous déciderez s’il en vaut la peine ou non.
Si vous n’êtes toujours pas sûrs, voici le trailer de Metallica Through the Never (et en stream ici:

zciUjW3

Need for Speed

Posted by & filed under Films.

Aaron Paul et Dominic Cooper dans "Need for Speed"

Aaron Paul et Dominic Cooper dans « Need for Speed »

Dans Need for Speed, l’adepte de la mécanique et street racer, Tobey Marshall (Aaron Paul), se démène pour réussir à garder son atelier automobile ouvert (et son équipe d’amis qu’il emploie comme mécaniques). Avec la pression de créanciers qui frappe à la porte de son garage quotidiennement, Tobey accepte de s’allier temporairement avec un adversaire de longue date, le racer professionnel Dino Brewster (Dominic Cooper), afin de finir, puis de revendre, une Ford GT500 modifiée qui appartenait à Carroll Shelby.
Après avoir fini le projet, l’impétueux (et anxieux) Dino challenge Tobey à une course impromptue – dans l’espoir d’humilier son rival et d’avoir une plus grosse part de leur commission de vente. Cependant, quand la course se termine de façon tragique, Dino s’enfuit – laissant Tobey qui doit endurer 2 ans de prison (pour un crime qu’il n’a pas commis). A sa relâche, Tobey fait le vœu de prouver son innocence par le seul moyen qu’il a à sa disponibilité – voyager à travers le pays pour participer à toute sorte de courses de rue illégales.

Les spectateurs sont sceptiques depuis l’annonce de Need for Speed – et pour de bonnes raisons: c’est l’adaptation d’un jeu vidéo, avec une histoire relativement faible, qui (sans aucun doute) essaye de capitaliser sur le fait que la saga Fast and Furious ait un tel succès. Basé sur ces détails seulement, on pourrait facilement dire de Need for Speed que c’est juste une « machine à fric »; cependant, ce film, dirigé par Scott Waugh (Act of Valor), se différencie de la franchise à succès et vaut la peine d’être vu.
Aaron Paul (plus connu pour son rôle de Jesse Pinkman dans Breaking Bad) n’a pas vraiment à travailler vu que le personnage ne sort pas vraiment de son répertoire, mais en même temps, il réussit à élever ce qui aurait pu être un personnage plutôt fade. Malgré un scénario plutôt fin, Paul réussit à interpréter Tobey d’une façon qui le rend charismatique et charmant – prouvant que même le personnage le plus facile à jouer peut quand même avoir un grand impact émotionnel. Tobey a tout aussi bien un grand sans de l’humour et s’adapte vraiment bien avec le reste du casting de Need for Speed.

La Shelby GT500 dans "Need for Speed"

La Shelby GT500 dans « Need for Speed »

Beaucoup de spectateurs craignent de ressentir un effet de cliché en regardant ce film et donc ne vont pas se laisser tenter. Ce qui est bien dommage car ce film, qu’Aaron Paul porte sur ses épaules, en vaut la peine sur plus d’un plan (laissez une chance à ce film, vous pouvez le regarder sur: http://www.streamingly.net. En conclusion, ce film qui joue sur le succès d’une autre franchise se distingue vraiment par son casting mené par le charismatique Paul accompagné d’une équipe qui tient vraiment la route.

OtO8K2H

Mise à l’épreuve (Titre Original: Ride Along)

Posted by & filed under Films.

Mise à l’épreuve nous présente un flic de la police d’Atlanta James Payton (Ice Cube), un officier de la loi autoritaire et obstinément indépendant qui n’a rien d’autre à part du mépris pour Ben Barber (Kevin Hart), minuscule, qui parle vite et avant de la sécurité dans un lycée, qui a volé le cœur de la sœur de James, Angela (Tika Sumpter). Quand Ben est accepté à l’école de police, il décidé de demander à James sa bénédiction pour proposer de se marier à Angela, et il est d’accord à une seule condition, qu’il l’accompagne dans une journée de travail et qu’il prouve en valoir la peine.
James prend avantage de toute les opportunités qui se présentent de rendre Ben misérable et le convainc qu’il n’est pas taillé pour porter le badge, tout en enquêtant secrètement sur un cas dangereux. Est-ce que Ben va réussir à impressionner le frère sur-protectif de sa petite amie et prouver qu’il a ce qu’il faut pour faire la loi? (Réponse: Devinez.)
Cube et Hart forment une paire pas trop mal, même si c’est Hart qui mérite d’être acclamé pour sa performance qui fait de cette union un succès à moitié. Ice Cube fronce les sourcils constamment et balance des jurons pendant le long du film, pourtant il le fait avec peu d’enthousiasme et de charisme, qui fait de James un belligérant non-conformiste limite sociopathe (pensez à Joh McClane dans A Good Way to Die Hard) ce qui fait de lui un homme droit empathique. Ironiquement, Ice Cube, le rappeur, aurait sûrement été radicalement contre ce genre d’autorité de la police dans sa jeunesse – mais c’est une autre discussion.

Ice Cube et Kevin Hart dans Mise à l'épreuve

Ice Cube et Kevin Hart dans Mise à l’épreuve

L’histoire réussit à donner un style particulier aux séquences d’action, même si le contenu n’est pas vraiment original ni vraiment remarquable. Quand le film arrive vers l’inévitable troisième acte narratif où Cube/Hart finissent l’histoire de leurs personnages, Mise à l’épreuve a prouvé être un peu plus qu’une comédie de flics qui va finir aux oubliettes rapidement. Kevin Hart arrive à prouver encore une fois qu’il mérite de jouer des rôles mieux/plus important avec les talents qu’il montre dans tout les films dans lesquels on le retrouve. Donc, si Mise à l’épreuve réussit bien au box office, ça va au moins améliorer les chances pour que Kevin Hart ait d’autres opportunités de prouver son talent dans des rôles plus travaillé dans le futur. (Si vous n’êtes toujours pas décidé, je vous invite à tenter votre chance, vous pourrez peut-être tomber sous le charme de Kevin Hart si vous ne connaissez pas trop le comédien.)

Match retour (Titre Original: Grudge Match)

Posted by & filed under Films.

Dans Match retour, le boxeur Henry ‘Razor’ Sharp (Sylvester Stallone) et Billy « The Kid » McDonnen (Robert De Niro) sont les meilleurs ennemis se battant dans leurs jeunesse au début des années 1980. Après que chacun gagnent une fois contre l’autre, ils se préparent pour une confrontation finale – une qui ne se produit pas, quand Razor annonce soudainement (et de façon inexplicable) sa retraite.

Sautons jusqu’au présent et maintenant Razor travaille en tant qu’ouvrier dans une usine vivant pauvrement et de façon obstinée refusant de suivre l’avancée vers le futur, pendant que Kid a utilisé sa gloire pour devenir un entrepreneur à succès. Pour des raisons financières, Razor se fait amadoué par l’ancien manager de son fils, Dante Slate Jr. (Kevin Hart), à faire de la capture de mouvement pour un jeu vidéo qui va l’inclure lui et The Kid; et, quand le duo se réunit dans la vraie vie, un combat éclate quasiment immédiatement et la vidéo finit par devenir virale sur internet. A cause de ça, Razor et Kid sont offert une chance de rematch dans le ring – et une opportunité d’enfin régler leurs comptes, une bonne fois pour toute.
Match retour est exactement une version de Grumpy Old Men entre boxeurs (le scénariste de Grumpy Old Men Mark Steven Johnson est même le producteur de ce film). Cependant, comme dans Last Vegas (dont De Niro fait aussi l’affiche), Match retour a juste assez de considération et de perception émotionnelle pour faire oublier les éléments clichés – et donc, offre un divertissement plutôt pas mal.
Kevin Hart – jouant Dante Jr, en manque d’attention – apporte le même genre d’effet comique qu’il a apporté dans le passé avec, entre autre, son incroyable capacité à parler vite, vous le trouverez soit drôle, soit vraiment irritant.
Entre les blagues qui sont plus ou moins drôles et la sensibilité du casting principal, Match retour est une formule hollywoodienne qui exploite bien les icônes dans une comédie qui passe la barre qu’elle s’est fixée plutôt bien (bien que ça ne soit pas vraiment un challenge). Pour paraphraser une réplique du film, ce n’est pas Stallone et De Niro au plus haut de leurs formes, mais c’est le meilleur qu’ils peuvent offrir. Ca reste quand même un bon moment de nostalgie avec les deux acteurs qui ont marqué notre univers cinématographique en ayant tout les deux joué des boxeurs qui sont resté dans l’histoire. (Note finale: restez dans vos sièges quand le film se termine, vu qu’il y a deux scènes au milieux des crédits de fin).
Si vous n’êtes toujours pas convaincus, regardez le trailer de Match retour: